Briser les 14 mythes les plus célèbres sur la sexualité

La sexualité a toujours été entourée de mythes et de tabous qui ont déformé et détourné l’attention de ce qu’elle est réellement et de son importance lorsqu’il s’agit de nous constituer en tant qu’êtres sexués. Ceci, combiné à l’anxiété causée par le secret et l’ignorance, a causé plus de douleur que nécessaire chez de nombreuses personnes, se matérialisant par l’angoisse et les difficultés sexuelles. Offrir un langage clair à la sexualité, loin des mythes et tabous superstitieuxest la base d’une bonne éducation sexuelle, où la clarté, la transparence, la science et les émotions qu’elle suscite, nous permettront de vivre notre sexualité de manière saine et naturelle.

Pourquoi ces mythes liés à la sexualité surgissent-ils ?

Depuis toujours, lorsqu’un fait est gênant ou jugé « répréhensible » dans une société, il est agrémenté d’euphémismes ou passé sous silence. Les mythes entourant la sexualité sont le résultat de faire taire quelque chose de si évident et puissant qu’il ne peut pas être caché, mais a été réduit au silence et donc inconnu. C’est alors qu’apparaissent les commérages, les dimes et les diretes, et ainsi les mythes tentent d’expliquer ce qui a été censuré, par ignorance et par peur. Peut-être que la question que nous devrions nous poser avec tout cela est pourquoi la sexualité nous a-t-elle embarrassé ou a-t-elle été considérée comme répréhensible ? La sexualité nous façonne et fait partie de notre identité, nous nous exprimons, racontons et aimons à travers elle. La sexualité n’est pas seulement l’expression d’une fonction biologique par et pour la reproduction, une vision qui génère un coïtocentrisme exacerbé dans notre culture.

Les mythes ont généré des croyances populaires selon lesquelles il est bon de clarifier, de faire la lumière et d’apporter des informations véridiques, loin de la peur. Dans cet article, nous démontons certains d’entre eux.

Les 14 mythes les plus célèbres sur la sexualité

Ensuite, nous analyserons brièvement les mythes et croyances populaires les plus célèbres sur la sexualité :

1. « Il y a un bon âge pour perdre sa virginité »

C’est l’un des mythes qui inquiète encore la population plus jeune. Et ce n’est pas un mythe simplement parce qu’il n’y en a pas. limite d’âge pour commencer à avoir des relations sexuelles, Par ailleurs parce que le concept de virginité est mauvais en soi. Êtes-vous vierge si vous avez eu des relations sexuelles orales mais pas de pénétration, par exemple ? Selon cette règle, de nombreuses femmes lesbiennes seraient vierges toute leur vie ! C’est un concept très problématique qui vient d’autres mythes tels que concevoir le sexe uniquement comme pénétrationou par désinformation sur l’anatomie de l’hymen.

2. « Le sexe doit être spontané »

Il est très courant de penser que les relations doivent « émerger », quand on ne l’applique pas à d’autres activités de notre vie. Nous ne mangeons pas seulement quand nous avons faim ou ne dormons pas seulement quand nous avons sommeil, et le problème de penser ainsi au sexe est que nous ne lui trouvons pas de place dans notre vie quotidienne. il peut être relégué à quelque chose pour lequel on ne trouve jamais le temps. Avoir des moments précis pour le sexe peut être excitantpuisque nous avons généré une certaine attente.
De plus, lorsque nous parlons du moment où nous avons des relations sexuelles, nous incluons une composante de consentement explicite qui, malheureusement, n’est pas toujours présente.

3. « Les hommes ont plus de désir que les femmes »

La biologie n’est qu’un des facteurs qui influencent notre sexualité. Il est vrai que la testostérone peut augmenter le désir sexuel, mais n’oublions pas que tous les êtres humains possèdent de la testostérone et des œstrogènes dans des proportions variables.
Ce mythe est fortement influencé par les rôles sociaux attendus en fonction du sexe. Ainsi, la promiscuité est mal vue chez les femmes alors que les hommes sont censés « toujours être disposés ».

4. « Les aphrodisiaques augmentent le désir »

À ce jour, aucune substance n’a été trouvée dont on peut dire qu’elle augmente directement le désir sexuel. Il existe des substances qui désinhibent, comme l’alcool et d’autres drogues, mais qui nuisent plus tard à la réponse sexuelle. D’autres éléments peuvent favoriser la circulation et améliorer la réponse sexuelle, mais sans nécessairement augmenter le désir. En général, les personnes qui consomment des aliments et des substances prétendument aphrodisiaques peuvent éprouver un désir accru en raison de l’effet placebo.

5. « La taille du pénis compte »

L’éternelle question… Le fait que un pénis mesurant plus ou moins de centimètres n’est pas pertinent pour le plaisir puisque la sensibilité du vagin et de l’anus on ne les trouve pas aux points très profonds (dans le vagin, par exemple, la plus grande sensibilité se situe dans le tiers externe). Alors pourquoi certaines personnes regardent la taille ? Précisément à cause du mythe de la taille, il y a des gens qui préfèrent que le pénis soit gros parce que son apparence provoque une plus grande excitation, mais en réalité les sensations ne changent que s’il est trop petit (moins de 8 cm en érection) ou trop gros (puisque cela peut produire de la douleur).

6. « Ne pas avoir d’orgasmes pendant la pénétration est un problème »

Dans les couples hétérosexuels, c’est une préoccupation commune. Cependant, la plupart des femmes ont besoin d’une stimulation directe du clitoris pour atteindre l’orgasme (et pendant les rapports sexuels, la stimulation de cet organe est généralement indirecte).
De plus, c’est une erreur de faire la distinction entre les orgasmes vaginaux et clitoridiens ; l’orgasme est une réponse physiologique unique, quel que soit le stimulus par lequel il est atteint.

 

7. « Le sexe pendant la menstruation n’est pas hygiénique »

Le contact avec le sang menstruel dans les relations n’est pas une source d’infection ou de maladie. Le corps peut être un peu plus sensiblependant la période, mais si les précautions habituelles sont utilisées, il est parfaitement sûr. Il y a même des gens qui ressentent plus de désir et de plaisir ces jours-ci !

8. « Le sexe anal est lié à l’orientation homosexuelle »

Cela semble très basique, mais c’est un mythe qui persiste encore. L’ignorance de la stimulation anale fait craindre qu’elle soit douloureuse, qu’elle découvre des « tendances cachées »… quand l’avantage c’est que tout le monde peut en profiter ! Il est particulièrement courant chez de nombreux mecs cisgenres et hétéros d’être curieux ou de vouloir pratiquer une pénétration anale sur une femme en même temps qu’ils subissent un rejet à l’idée de recevoir une stimulation anale. par la présence de croyances homophobes.

9. « Si vous avez un partenaire, vous ne devriez pas vous masturber »

Il y a des gens qui ils se sentent trahis si leur partenaire se masturbe, car cela peut provoquer des insécurités du type : « Si elle le fait, c’est qu’elle n’est pas satisfaite » ou « Je suis sûr qu’elle pense à un autre ». Eh bien, l’auto-stimulation est saine et recommandée à toutes les étapes de la vie. L’exploration de soi et le plaisir vous permettent de mieux comprendre votre propre corps et ainsi de mieux profiter de la sexualité avec et sans partenaire.
Ces croyances erronées et d’autres peuvent causer conflits de culpabilité, d’estime de soi et de couple, mais recourir à des professionnels de la sexologie peut aider à vivre
sexualité d’une manière plus libre et plus satisfaisante.

10. « Les hommes sont toujours d’humeur »

L’idée qu’ils doivent toujours en avoir envie, en plus de générer beaucoup de pression, n’est pas vraie. Le désir et l’excitation de toute personne varient en fonction de l’humeur, de l’heure de la journée, de l’état physique, etc. Les variables de l’environnement et ce que nous ressentons sont fondamentaux chez toute personne pour atteindre une relaxation suffisante qui nous amène à désirer ou à nous exciter.

11. « Vous ne pouvez pas avoir de rapports sexuels pendant la grossesse »

La sexualité des femmes pendant la grossesse continue de faire partie de leur vie. Avoir des rapports sexuels pendant la grossesse ne cause pas de problèmes de grossesse, car les muscles de l’utérus et le liquide amniotique protègent le bébé. Cela peut être un moment où les rapports sexuels sont libérés de la nécessité d’utiliser une contraception, si vous entretenez une relation stable et ne craignez pas les maladies sexuellement transmissibles.

12. « Sans pénétration, il n’y a pas de relation sexuelle »

Le coïtocentrisme et l’importance qui a toujours été accordée à la pénétration est à l’origine de ce mythe. La relation sexuelle est très large et de nombreux stimuli la composent et l’enrichissent. Les caresses, les baisers et autres formes de stimulation au cours de la relation sont et constituent des relations sexuelles.

13. « Il faut tout essayer pour être sexuellement libéré »

La sexualité et l’érotisme sont quelque chose d’intime et de très personnel, et nous n’avons pas à vouloir ou à tout aimer. Beaucoup de gens croient que s’ils n’essayent pas tout, ils n’ont pas été libérés sexuellement ou ont un problème, et rien n’est plus éloigné de la réalité, respecter nos goûts et nos désirs, ainsi que ceux du partenaire dans l’expérience, est ce qui est important pour une sexualité saine et jouissive, sans pression ni « devrait ».

14. « L’orgasme simultané doit être atteint pour avoir une bonne relation sexuelle »

Lors des rapports sexuels, il est normal que chacun prenne son rythme, et il n’est pas nécessaire d’attendre que la relation soit satisfaisante. Cette idée peut également générer beaucoup de pression et générer de l’anxiété à l’idée d’arriver avec le partenaire, rendant les rencontres sexuelles difficiles car nous suscitons des attentes.

Partager sur​
Les derniers articles
HOT

Autres articles

Recette de piments en Nogada

Parce qu’on ne pouvait pas rester en retrait en cette saison de chiles en nogada, on partage avec vous une recette façon MB. Pour qu’ils

Comment faire une ratatouille

Si vous écoutez Ratatouille La première chose à laquelle vous pensez est le film avec la petite souris chef, n’est-ce pas ? Et c’est que le