9 faits que vous devez savoir sur la femme adultère dans l’Évangile

L’évangile de saint Jean raconte l’histoire de la femme adultère, un passage sur lequel le pape François et d’autres pontifes ont réfléchi à différentes occasions.

1. Que se passe-t-il dans cette histoire ?

Dans la première scène, il y a une dispute entre Jésus, les scribes et les pharisiens. Ils parlaient d’une femme surprise en flagrant délit d’adultère et qui, selon les prescriptions du livre du Lévitique, devait être lapidée à mort.

Dans la deuxième scène, un dialogue bref mais émouvant a lieu entre Jésus et la femme pécheresse, à qui le Seigneur pardonne avec la demande explicite qu’elle ne pèche plus.

Le pape François a déclaré dans une homélie de 2016 à propos de ce récit : « Dieu ne nous cloue pas à notre péché, il ne nous identifie pas au mal que nous avons commis ».

Il a également rappelé que « cette femme nous représente tous, pécheurs, c’est-à-dire adultères devant Dieu, traîtres à sa fidélité ».

« Votre expérience représente la volonté de Dieu pour chacun de nous : pas notre condamnation, mais notre salut par Jésus », a-t-il déclaré.

2. Pourquoi cette histoire est-elle si dramatique ?

Le pape émérite Benoît XVI a commenté que les pharisiens « demandent à Jésus de juger la femme pécheresse afin de la « tester » et de la pousser à faire un faux pas. Cette scène est dramatique, car la vie de la femme et sa propre vie dépendent de Jésus.

« En réalité, les accusateurs hypocrites prétendent lui confier le jugement, alors qu’en réalité c’est lui-même qu’ils veulent accuser et juger », a-t-il déclaré.

3. Comment cela était-il censé « tester » Jésus ?

Le pape François a déclaré en 2016 que « si Jésus suit la sévérité de la loi, approuvant la lapidation des femmes, il perdra sa réputation de douceur et de gentillesse qui fascine tant le peuple ; si au lieu de cela il veut être miséricordieux, il devra aller à l’encontre de la loi, qu’il a lui-même dit qu’il ne voulait pas abolir, mais plutôt accomplir ».

Pour sa part, saint Jean-Paul II a déclaré que les pharisiens « entendent démontrer que l’enseignement de Jésus sur l’amour miséricordieux de Dieu contredit la loi, qui punit le péché d’adultère par la lapidation ».

Il a également déclaré que si Jésus « absout la femme surprise en flagrant délit d’adultère, on dira qu’elle a transgressé les préceptes de Moïse, et s’il la condamne, on dira qu’il est incompatible avec son message de miséricorde envers les pécheurs. « 

4. Jésus reste silencieux. Parce que?

Saint Jean-Paul II a expliqué que le silence du Seigneur « invite chacun à l’autoréflexion. D’une part, il invite la femme à reconnaître l’erreur commise ; et d’autre part, il invite ses accusateurs à ne pas reculer devant un examen de conscience : ‘Que celui d’entre vous qui est sans péché jette la première pierre’ (Jn 8, 7) ».

5. Jésus écrit par terre. Que pouvons-nous apprendre de cela ?

En 2019, lors de son homélie pour la célébration pénitentielle de la journée de 24 heures pour le Seigneur, le pape François a dit que Dieu avait promis qu’il « n’écrirait plus sur des tables de pierre, mais directement sur les cœurs, sur les tables de chair de nos cœurs ».

« Avec Jésus, miséricorde de Dieu incarnée, le temps est venu d’écrire sur le cœur humain, de donner une certaine espérance à la misère humaine : de donner non pas tant des lois extérieures, qui éloignent souvent Dieu et l’homme, mais la loi de l’Esprit, qui entre dans le cœur et le libère », a-t-il souligné.

Pour sa part, le pape émérite Benoît XVI a déclaré que « tandis que ses accusateurs l’interrogent avec insistance, Jésus se penche et commence à écrire avec son doigt sur le sol. Selon saint Augustin, ce geste représente le Christ comme le divin législateur. En réalité, Dieu a écrit la loi du doigt sur des tablettes de pierre (cf. Commentaire de l’Évangile de Jean, 33,5). Ainsi, Jésus est le Législateur, il est la Justice en personne.

6. Jésus dit : « Que celui qui est sans péché jette la première pierre. » Qu’est-ce que cela révèle ?

En 2016, le pape François nous appelait à « demander la grâce d’un regard semblable à celui de Jésus, demandons d’avoir une approche chrétienne de la vie, où devant le péché nous voyons le pécheur avec amour, devant les erreurs à ceux qui se trompent, avant l’histoire à la personne ».

Selon saint Jean-Paul II, cela nous révèle que seul le Seigneur peut juger, révèle le vrai sens de la miséricorde divine, qui laisse ouverte la possibilité de la repentance et souligne le grand respect de la dignité de la personne, que même le péché ne peut effacer.

« Allez et ne péchez plus » (Jn 8, 11) Les dernières paroles de cet épisode montrent que Dieu ne veut pas que le pécheur meure, mais plutôt qu’il se repente du mal qu’il a commis et qu’il vive.

7. Les disputes juridiques sur ce que la loi de Moïse exigeait techniquement étaient courantes à l’époque de Jésus. Que nous montre son attitude ?

Benoît XVI a dit que « Jésus n’entre pas dans une discussion théorique avec ses interlocuteurs sur cette section de la Loi de Moïse. Il n’a pas peur de gagner une dispute académique sur une interprétation de la Loi, puisque son but est de sauver une âme et de révéler que le salut ne se trouve que dans l’amour de Dieu.

« C’est pourquoi il est venu sur terre, c’est pourquoi il est mort sur la Croix et c’est pourquoi Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Saint Augustin notait, commentant l’évangile de Jean, que : « Le Seigneur, dans sa réponse, n’a pas manqué de respecter la loi ni ne s’est détourné de sa douceur » », a-t-il affirmé.

8. Que nous montre ce passage sur l’attitude de Jésus envers le péché et les pécheurs ?

En 2016, le pape François a déclaré que pour Jésus « avant le péché, c’est le pécheur. Moi, vous, chacun de nous sommes devant le cœur de Dieu : avant les fautes, avant les règles, avant les jugements et avant nos chutes.

Pour sa part, saint Jean-Paul II a déclaré que « ce passage de l’Évangile enseigne clairement que le pardon chrétien n’est pas synonyme de simple tolérance, mais implique plutôt quelque chose de plus exigeant. Cela ne signifie pas ignorer le mal, ou pire encore, le nier. »

Le Pape pèlerin a rappelé que « Dieu ne pardonne pas le mal, mais l’individu, et nous enseigne à distinguer l’acte mauvais qui, comme tel, doit être condamné, de la personne qui l’a commis, à qui il offre la possibilité de changer » .

« Alors que l’homme a tendance à identifier le pécheur à son péché, fermant toute possibilité, le Père céleste, au contraire, a envoyé son Fils unique dans le monde pour offrir à chacun une voie de salut », a-t-il affirmé.

9. Comment pouvons-nous appliquer ce passage à notre propre vie ?

Le pape François a déclaré dans son homélie lors de la célébration pénitentielle des «24 heures pour le Seigneur» en 2019, que «si nous voulons la libération du mal, nous devons laisser agir le Seigneur, qui pardonne et guérit. Et cela surtout par le sacrement que nous allons célébrer. »

« La confession est le passage de la misère à la miséricorde, c’est l’écriture de Dieu sur le cœur. Nous y lisons que nous sommes précieux aux yeux de Dieu, qu’il est un Père et qu’il nous aime plus que nous-mêmes », a-t-il assuré.

D’autre part, saint Jean-Paul II mentionne que dans ce passage « la situation de la femme adultère est certainement grave. Cependant, quelle que soit la condition dans laquelle nous nous trouvons, nous pouvons toujours nous ouvrir à la conversion et recevoir le pardon de nos péchés : « Je ne te condamne pas non plus ; Va-t’en et ne pèche plus' ».

« Au Calvaire, par le sacrifice suprême de sa vie, le Messie scellera pour chaque homme et chaque femme le don infini du pardon et de la miséricorde de Dieu », a-t-il assuré.

Partager sur​
Les derniers articles
HOT

Autres articles

Recette de tortellinis de boeuf

tortellinis de boeuf, une recette très italienne que vous apprendrez à faire aujourd’hui dans Mangeoire. rien de tel que le pâtes fraîchement préparées De plus, lorsque