Si vous payez quelques euros pour vos vêtements de mode, vous payez encore moins celui qui les a faits pour vous !

Ces dernières années, la durabilité a beaucoup voyagé pour atteindre presque tous les segments du marché. Il existe désormais des lignes à impact environnemental réduit pour pratiquement tout, et cela tombe bien : la beauté, le bien-être, le mobilier, le design, l’automobile et bien sûr la mode. C’est précisément dans l’industrie de la mode que la durabilité a gagné et continue de gagner de plus en plus de terrain. Les événements qui en traitent sont de plus en plus nombreux – il suffit de penser que cette année une noble vitrine de la mode internationale telle que Pitti uomo a dédié la 22e édition à la durabilité – et les marques, petites et grandes, qui investissent dans des lignes durables, y compris les chaînes de fast fashion, ne manquent pas. Ce sont justement les grands géants de la mode, sous la pression de l’opinion publique qui depuis quelques temps se fixent de plus en plus d’objectifs vert recycler les matériaux utilisés, développer de nouvelles fibres capables de réduire l’impact de la chaîne de production et de réduire le gaspillage d’eau et les émissions de dioxyde de carbone.

UN recherche menée par Rank and Style (la plateforme de l’industrie de la mode qui analyse les insights basés sur les données) estimait déjà en 2019 que certaines des marques qui avaient fait du développement durable leur force avaient vu leur chiffre d’affaires croître de 450% au cours des deux années précédentes. Si tout cela représente un pas en avant indéniable – étant donné que l’industrie de la mode est la deuxième plus polluante de la planète après le pétrole et que, pour ne donner que quelques exemples, seulement en 2017, comme le rapporte de Le soleil 24 heuresont été produits 154 milliards de vêtements pour habiller (inégalement) une planète peuplée d’environ 7,6 milliards d’habitants, soit dont il faut environ 10 000 litres d’eau pour produire une paire de jeans – il reste des aspects de la durabilité qui continuent d’être négligés et, dans certains cas, controversés. En fait, dans cette course, de nombreuses marques se sont définies comme durables en un temps record et ont communiqué leur durabilité avec des campagnes sociales percutantes – étiquetant leurs vêtements comme « Biologique », « BIO » ou « Conscient » – sans être effectivement en possession des certifications de base. L’un d’eux est le GOTSpar exemple, qui certifie non seulement qu’un vêtement a été fabriqué avec des matières biologiques, mais aussi que la main-d’œuvre utilisée a été correctement rémunérée et que celui qui a fabriqué le vêtement a travaillé dans des conditions dignes.

En fait, la durabilité ne concerne pas seulement les matériaux utilisés ou le processus de fabrication des vêtements, mais implique toute la chaîne de production, qui commence souvent dans un champ ou dans une ferme à l’autre bout du monde et se termine dans un boutique dans notre ville. Lorsqu’une marque utilise des tissus écologiques ou organiques, en fait, la seule chose dont nous sommes sûrs, c’est qu’il s’agit d’un vêtement « écologique », mais cette formulation, en elle-même, ne nous dit rien sur sa durabilité globale, qui doit plutôt traitent également de la chaîne d’approvisionnement, de la transparence et de l’aspect social de la production textile. Etant donné que la production est très souvent délocalisée vers des pays comme la Chine, le Pakistan, le Bangladesh, le Maroc, mais aussi la Turquie et la Bulgarie, où le coût du travail est beaucoup plus faible car il n’y a pas de lois pour protéger les droits des travailleurs, il est encore plus compliqué de établir la durabilité à 100% d’un vêtement, qui pour être tel doit être traité de manière transparente depuis la production de la matière première jusqu’à l’assemblage. C’est un système long, qui prend des mois à se réaliser et qui laisse très souvent derrière lui une traînée d’injustices et de pauvreté dont souffrent des millions de personnes.

Pourtant, bien qu’il s’agisse d’un aspect aussi important que les fixateurs chimiques utilisés dans la phase de teinture, tout ce qui concerne les droits des travailleurs continue d’être occulté. La preuve en est que le 30 mars, la Commission européenne a inclus le thème de la durabilité de la mode dans un nouveau paquet de propositions pour l’économie circulaire ce qui en fait l’un des éléments centraux du Green Deal. Cependant, même dans ce paquet de propositions, les questions centrales sous-jacentes à l’exploitation affectant la chaîne de production, telles que les pratiques commerciales déloyales et les prix trop bas imposés par les marques clientes aux fournisseurs, qui sont la principale raison des salaires, n’ont pas été abordées. faim. Actuellement, il n’existe pas de règles, de lois ou de sanctions contraignantes au niveau international auxquelles les entreprises multinationales doivent se conformer à cet égard et il n’existe pas non plus de réglementation adéquate du travail subordonné au sein des petites et moyennes entreprises auxquelles de grands groupes sous-traitent la production, sur lesquelles souvent et volontairement, afin d’éviter les accusations, de grands groupes se déchargent de la responsabilité du non-respect des règles ou des lois qui affectent les conditions de ceux qui y travaillent.

Quand au Bangladesh en 2013 le Rana Plaza – ou le bâtiment qui abritait, entre autres, une usine textile qui fabriquait des vêtements pour le compte de certaines grandes marques occidentales, forçant les ouvriers à travailler même 12 heures par jour pour quelques sous – s’est effondré sur lui-même, tuant 1138 personnes et en blessant grièvement 2500certaines des marques concernées ont affirmé qu’elles n’étaient pas au courant des conditions des travailleurs et qu’elles n’étaient pas en faute car elles avaient fait appel à des tiers pour la production. La même chose qu’ils ont dit à la suite d’allégations de famine 400 000 travailleurs au Karnatakaen Inde, où certaines des marques de fast fashion les plus connues au monde ont délocalisé leur production quand, en 2020, suite à une enquête du Consortium des droits des travailleurs (CMR), il est apparu que Shahi Exports, l’un des plus grands fabricants de vêtements en Inde, n’avait pas payé le salaire minimum à ses travailleurs depuis deux ans. Les usines indiennes du Karnataka comme celles de nombreux autres pays d’Asie du Sud-Est sont malheureusement connues pour leur conditions inhumaines dans lesquelles se trouvent les travailleurs du secteur textile, souvent mineur. En plus des environnements de travail insalubres – sans fenêtres et sans air – les gens travaillent pour des salaires très bas – en dessous du minimum fixé – jusqu’à 16 voire 20 heures par jour, avec des heures supplémentaires obligatoires et sur fond d’abus verbaux, physiques et sexuels subis notamment par les jeunes les travailleurs, les filles et les adolescents, qui dans de nombreux cas résident dans les usines elles-mêmes et qui, en raison d’abus, développent des troubles du comportement, ne ils tentent rarement de se suicider et dans d’autres cas ils meurent en essayant de s’échapper.

La tragédie du Rana Plaza, Bangladesh, 2013

Comme ils l’ont expliqué Marina Spadafora (coordinatrice italienne de Fashion Revolution) et Debora Lucchetti (créatrice de la campagne Clean Clothes), les entreprises préfèrent et privilégient toujours un code de conduite volontaire sous la forme d’une charte éthique ou d’un code d’éthique d’entreprise, qui, cependant, leur bon la volonté n’est pas la même pour tout le monde, mais décidée par l’entreprise elle-même, et surtout elle n’empêche pas la violation des droits dans les usines ou dans la chaîne d’approvisionnement. Non.Ne nous leurrons pas, ça ne va pas non plus en Europe et des pays comme la Bulgarie, la Roumanie et la Slovénie deviennent le nouveau Bengodi des marques textiles. D’après quelques entretiens menés par Campagne Vêtements propres en mai 2019, des travailleurs du secteur en Roumanie ont révélé qu’ils recevaient, pour des heures de travail régulières, un salaire moyen de 208 euros par mois et en Italie aussi les problèmes sont nombreux. D’après ce qui apparaît, un Campi Bisenzio, dans la province de Florence, le 18 avril dernier certains travailleurs d’une entreprise textile ont été licenciés via un message WhatsApp parce qu’ils ont refusé de travailler le lundi de Pâques. Le même patron, les jours précédents, avait répondu à la proposition de travailler moins que les ouvriers de cette manière : « Si tu veux travailler 8 heures, trouve du travail ailleurs ». Les employés dénoncent souvent des conditions de travail non protégées et illégales, avec des travailleurs embauchés pendant des années avec des contrats à durée déterminée et à temps partiel à vingt ou trente ansheures par semaine qui sont en fait 84 pour 500 euros par mois.

La route vers la mode durable est encore difficile et le sera jusqu’à ce qu’il y ait des lois internationales plus justes qui obligent les marques à assumer la responsabilité de leurs chaînes d’approvisionnement ; la responsabilité des entreprises, en fait, ne devrait pas être facultative et les droits de l’homme ne devraient pas l’être. Une grande partie des problèmes liés à l’impact de l’industrie de la mode sur l’environnement et sur les personnes pourraient facilement être résolus en ralentissant la production. Actuellement chaque année 70 millions de tonnes de vêtements usagés sont jetés et nous nous demandons si nous avons vraiment besoin d’autres marques et vêtements durables, qui de toute façon consomment des ressources et sont souvent transportés par des moyens polluants. Pour trouver une solution, nous devrons d’abord affronter le vrai problème : nous sommes fermement convaincus que nous pouvons « sauver la planète » et surmonter un problème structurel et endémique – celui de la consommation excessive de biens et de la surproduction – typique du système capitaliste dans lequel nous sommes, produisant et achetant des biens « différents ». Mais dans nos cœurs, nous savons que la seule façon de rendre la mode plus durable serait d’arrêter d’acheter autant de vêtements. Les vêtements pourraient être échangés, comme certains ont déjà commencé à le faire soirée d’échangepar exemple, pour les emprunter ou les louer, pour ramener ceux que nous avons déjà, pour acheter d’occasionet si nous voulons vraiment acheter, nous devons choisir et récompenser les artisans locaux et les petites entreprises.

Partager sur​
Les derniers articles
HOT

Autres articles

Recette de piments en Nogada

Parce qu’on ne pouvait pas rester en retrait en cette saison de chiles en nogada, on partage avec vous une recette façon MB. Pour qu’ils

Comment faire une ratatouille

Si vous écoutez Ratatouille La première chose à laquelle vous pensez est le film avec la petite souris chef, n’est-ce pas ? Et c’est que le