Comment créer un potager sur sa terrasse de manière simple

CULTIVER LE JARDIN AUSSI EN VILLE N’EST PAS DIFFICILE, C’EST POUR TOUT LE MONDE, ADULTES ET ENFANTS. DANS CE DEUXIÈME CAS, IL PEUT DEVENIR UN JEU STIMULANT ET UNE TRÈS BELLE FAÇON D’ÊTRE AVEC SES ENFANTS ET DE RÉALISER ENSEMBLE UNE ACTIVITÉ. 

Si vous pensez que la culture en terrasse est de moins bonne qualité que celle en potager, vous vous trompez lourdement : la culture en pot permet d’éviter le problème séculaire de la mauvaise qualité du sol qui pousse de nombreux producteurs à améliorer ses caractéristiques. à travers un massif, utilisation d’engrais, d’engrais et d’amendements pour sols. D’autre part, la culture en conteneur permet de sélectionner les composants qui, une fois mélangés dans des proportions définies, constitueront notre milieu de culture idéal. Cela permettra immédiatement à notre jardin d’atteindre un haut niveau de productivité.

Voici nos conseils : comment créer un potager sur votre balcon de manière simple

TEMPS

Le potager, surtout s’il est cultivé en terrasse, ne demande pas beaucoup de temps mais beaucoup de constance : la culture est en effet une activité qui nous aide à redécouvrir la valeur de la lenteur et les rythmes de la nature. En pratique, un week-end suffit pour aménager un potager sur le balcon et une demi-heure par jour ou 1 heure tous les 2 jours suffit pour le maintenir en parfait état ; l’important est donc de s’armer de patience et de constance. En effet, la pratique du potager a une nature différente du jardinage « fast food » dans lequel plantes et fleurs sont achetées prêtes à être exposées.

Le jardin doit naître, grandir et il faut en prendre soin, avec peu d’efforts mais avec persévérance et patience : il est aussi important de prendre du temps pour profiter du jardin pour cette raison, une chaise sur laquelle s’asseoir et admirer calmement la nature dans sa lente progression. Cette simple activité suffit souvent à nous purifier du stress et de la frénésie auxquels nous oblige le quotidien.

ESPACE

L’espace disponible n’est pas un problème. Le potager peut trouver sa place aussi bien sur les grandes terrasses ou les toits de copropriété que sur le petit rebord de fenêtre de la cuisine.

Dans tous les cas, lors du démarrage de la conception du potager, 4 éléments doivent être pris en compte :

1. Dans quelle zone climatique nous sommes: la température et la lumière dans les différentes saisons varient selon la latitude et la zone climatique (par exemple Milan VS Gênes).

2. Quelle est l’orientation du balcon par rapport au soleil: la plupart des plantes ont besoin du plein soleil ; ce qui signifie au moins six heures d’ensoleillement direct par jour. Avant d’aménager le jardin il faut donc bien vérifier (montre en main) l’exposition solaire de la zone choisie.

3. Quelle surface ai-je: comme mentionné, il peut être cultivé n’importe où : du micro jardin sur le plan de travail de la cuisine avec des herbes aromatiques au potager en bac. L’important est de se fixer des priorités. Le potager doit avant tout être utile : lors de la mise en place du potager, il ne faut pas se laisser prendre à la boulimie des achats. Il vaut mieux privilégier d’abord les cultures qui nous sont les plus utiles (comme les herbes aromatiques et le céleri) et ensuite si nous avons de la place pour élargir le choix vers d’autres cultures.

4. Ce que je veux cultiver: cela dépend donc de l’espace, de l’exposition au soleil et de la zone climatique dans laquelle se situe le jardin. Une fois ces éléments pris en compte, vous pourrez vous faire plaisir : allant des herbes, légumes, plantes médicinales, plantes à tisanes (comme la mauve et la camomille) aux plantes fruitières (baies et arbres fruitiers nains). Bref, un maximum de place pour l’imagination !

LE NÉCESSAIRE

1. Conteneurs: le plus simple pour cultiver sans terre (sur rebords de fenêtres, balcons, terrasses) est d’aménager un potager en bac. Il existe de nombreuses solutions, mais les conteneurs en tissu sont très pratiques, pratiques, légers, résistants, facilement pliables en cas de non-utilisation. Ils offrent aux plantes un habitat similaire à celui trouvé dans la nature, favorisant une croissance luxuriante et harmonieuse de la plante racinaire et aérienne.

Tables de jardin: pratiques surtout pour ceux qui ont du mal à se plier, les tables de jardin sont aussi très belles esthétiquement

Jardins verticaux : la solution idéale pour ceux qui n’ont pas d’espace ; le jardin vertical représente la solution la plus innovante pour l’exploitation agricole des espaces urbains. Le potager vertical en fait :

▪ ne consomme pas de sol mais, se développant en hauteur, permet l’utilisation de murs, clôtures, murets ;
▪ permet de reconvertir et de réaménager des bâtiments abandonnés et des espaces urbains à usage agricole, en régénérant des zones autrement inutilisées
▪ c’est aussi la solution idéale pour un jardin urbain à taille familiale, car il trouve sa place sur des terrasses ou des balcons de très petites surfaces ;
▪ les murs végétalisés obtenus grâce aux jardins verticaux permettent une importante absorption de la chaleur solaire en été, contribuant à l’efficacité énergétique des bâtiments.

Le potager en damier: le jardin carré est une technique de culture « hors-sol » innovante. Le milieu de culture est en effet placé dans des conteneurs spéciaux qui peuvent être auto-construits (en bois non traité) ou achetés (voir par exemple les lignes « Bacsquare » et « Baclong » d’Orto sul Terrazzo). Les légumes plus gros, comme les tomates, les choux ou les poivrons, devront nécessairement occuper une seule unité de culture (donc un plant par unité de culture).

Les légumes plus petits, en revanche, pourront coexister et se développer dans un seul module (plusieurs plants par unité de culture), selon un agencement (illustré dans l’image suivante) qui permettra d’obtenir une distance correcte entre les plants mais qui en même temps limitera la surface utilisée. .

Il suffira de percer la surface du sol avec un doigt ou la pointe d’un trou, au centre de chaque unité de culture ou de l’un de ses sous-multiples, selon le type de légume planté. Ensuite on placera le semis (préalablement cultivé en pépinière) ou une pincée de graines dans les trous créés. Il est important de souligner que la quantité de graines à utiliser doit être limitée, afin de ne pas surcharger notre jardin. Ainsi la subdivision en unités de culture permettra d’économiser considérablement la quantité de semences utilisées. Avec des solutions simples, il sera également possible d’exploiter l’espace en hauteur. Grâce à des filets, des poteaux de soutien et des dos, adhérant à un côté du conteneur, un potager vertical sera obtenu. Le potager au carré est la technique de culture idéale pour un semis par paliers. Chaque unité de culture peut en effet être gérée de manière autonome par les autres en ce qui concerne les périodes de semis et de récolte. De cette manière, il sera possible d’avoir une grande variété de légumes, pendant de très longues périodes, en limitant les périodes de surproduction et de sous-production.

Il existe sur le marché de nombreux jardins en bois, très beaux mais à notre avis à éviter : en effet nous les déconseillons fortement car d’une part le bois se détériore et est moins résistant, d’autre part ils ont été traités avec des produits chimiques qui pénètrent dans le sol et donc aussi dans les plantes et les fruits de ceux-ci.

2. Sol: la solution la plus simple est d’utiliser de la terre universelle de bonne qualité, facilement disponible en grande surface ou en jardinerie. La solution idéale est plutôt d’utiliser du compost mûr (au moins 9 mois d’affinage), autoproduit ou acheté. La terre doit être versée dans les conteneurs et non comprimée mais laissée molle, favorisant ainsi l’aération des racines et l’élimination des éventuelles mauvaises herbes.

3. Graines : n’utilisez que des graines biologiques. Sur le site ortosulteraazzo.it, vous trouverez des indications et des méthodes de semis pour chaque variété de graines. En général, si nous voulons semer au printemps, c’est-à-dire en mars et avril, il n’est pas recommandé de planter nos graines directement dans le jardin ou dans le pot car des températures trop basses pourraient nuire au processus. Mieux vaut utiliser une pépinière ou mettre les pots à l’intérieur : à partir de mai on peut semer directement dans les pots ou acheter les plants et les transférer. Il n’est donc pas correct de planter du basilic et d’autres plantes aromatiques dans les pots sur la terrasse ou dans le jardin en mars, il vaut mieux attendre mai. En ce qui concerne le transfert, il est important de ne couper les racines de la plante que si elles sont trop denses et nouées, si elles ne le sont pas, les laisser telles quelles, intactes, et poser la plante au sol.

4. Arrosage : cela peut être fait manuellement (sol toujours humide et jamais détrempé, irrigation constante) ou avec un système qui économise de l’eau et du temps.

5. Défense du jardin : le jardin en conteneur pousse généralement en bonne santé et ne nécessite pas beaucoup d’attention autre que l’eau et le soleil. En cas de besoin, il est important d’utiliser exclusivement des produits naturels contre les parasites et les maladies, afin d’éviter la contamination des légumes.

Partager sur​
Les derniers articles
HOT

Autres articles

Recette de tortellinis de boeuf

tortellinis de boeuf, une recette très italienne que vous apprendrez à faire aujourd’hui dans Mangeoire. rien de tel que le pâtes fraîchement préparées De plus, lorsque