Comment concevoir un jardin en permaculture

Il existe plusieurs manières de cultiver un jardin en permaculture, chacune a sa propre méthode dans ce domaine. Il n’y a pas de recette à suivre, tout au plus il y a quelques principes de base à garder en tête lorsqu’on aborde la permaculture, où l’observation et la conception jouent un rôle important.

Avant de commencer un jardin en permaculture, il faut prendre le temps de observer une étape indispensable pour réussir à concevoir et construire le vôtre jardinUne observation préalable attentive vous permettra de découvrir potentiel de votre terrain et d’en tirer le meilleur parti. Gardez toujours à l’esprit que il doit être possible de modifier ou faire évoluer le projet selon les contraintes et selon vos aspirations.

1. Topographie et microclimat

Si le terrain est en pente, considérez le vôtre exposition la vent (sens, fréquence et vitesse), les zones soumises à gelées etc.

2. Exposition au soleil

Localisez le zones exposées au soleil la majeure partie de la journée ceux situés à l’ombre d’un arbre ou d’un mur, etc. Ce point est important pour établir où cultiver les différentes plantes, où aménager un cabanon ou un abri de jardin et où créer un coin de détente.

3. La présence ou l’absence d’eau en surface

Les ruisseaux, les fossés et les étangs vous permettent de arroser facilement avec un simple arrosoir ou avec un système de pompage, à l’aide d’une pompe à main, d’une pompe de surface ou d’une pompe submersible.

4. La végétation

Les plantes qui poussent spontanément sur le sol vous donneront des indications claires sur nature du sol mais cela suppose une certaine connaissance dans le domaine de la botanique et de l’écologie. Évaluer le emplacement des arbres en pensant à la façon dont ils pourraient être utiles ou si vous avez besoin de les décomposer.

5. Le relief

composition du sol en argile, sable, limon et humus doit vous guider dans le choix des plantes à cultiver et de celles qu’il vaut mieux éviter. Une personne ayant une certaine expérience peut évaluer la nature du sol avec une simple observation. Si ce n’est pas votre cas, vous pouvez demander aux voisins ou faire analyser le sol.

6. La faune

Un environnement sain est peuplé de animaux: oiseaux, insectes et petits mammifères.

Faire le point sur les possibilités ressources externes. Il peut s’agir de matériaux de récupération, de terre de fouilles, de légumes, de pierres, de fumier provenant d’un manège ou d’une ferme voisine…

Remplissez un liste de vos besoins, vos aspirations, vos envies: vous souhaitez créer un espace de jeux pour enfants, un havre de paix entouré de fleurs, planter un petit verger ou planter un arbre que vous affectionnez particulièrement, élever des animaux…

Évaluer le le temps dont vous disposez pour réaliser ces idées et la possibilité de recevoir un coup de main de parents, amis et voisins. Si le projet vous semble réalisable, commencer à préparer un plan d’action.

Une fois la phase d’observation terminée, le motif ou pour le dire en anglais, le motif. Ce mot anglais indique généralement le style ou l’esthétique d’un produit ; dans notre cas spécifique, il prend le sens de conception, développement, planification et organisation.

1. Faire un plan du jardin

Vous pouvez commencer par en faire un plan de votre jardin, où signaler tous les éléments immédiatement visibles du terrain. Vous devez également représenter la course du soleil, avec les ombres qui en résultent, les zones les plus exposées aux vents, les arbres, les sources d’eau, les collines et tout ce qui vous semble pertinent.

2. Diviser le terrain en zones

Organiser l’espace en divers domaines en tenant compte de la distance de votre domicile, en suivant cette règle simple : les espaces que vous utiliserez le plus souvent doivent être aussi proches que possible de votre domicile.

Vous placerez donc le jardin avec les plantes aromatiques à proximité immédiate de la maison. Non loin de la maison, vous pouvez également mettre le poulailler et d’autres abris pour animaux car vous devrez vérifier son état de santé et les nourrir tous les jours.

Les légumes récoltés occasionnellement comme les poireaux, les carottes, les choux, etc. peuvent être placés plus loin. Les légumes qui ne sont récoltés qu’une fois par an (potirons, pommes de terre à conserver…) ainsi que les arbres fruitiers seront relégués aux marges de la zone arable.

Les espaces les plus éloignés seront dédiés à la nature sauvage, où les plantes et les fleurs peuvent pousser spontanément. Il y aura aussi un endroit pour entreposer du bois pour la cheminée ou le poêle et une haie qui servira de refuge aux animaux sauvages.

Si vous disposez d’un terrain assez grand, vous pouvez diviser le jardin en 4 ou 5 zones.

3. Intégrer les facteurs externes, naturels ou humains

Exposition aux vents et au soleil, présence d’obstacles visuels, etc. doivent être pris en compte dans notre projet afin de profitez de votre environnement.

Ce sont des facteurs importants à évaluer pour l’emplacement des bâtiments ou la plantation de certaines espèces végétales. Il ne s’agit pas seulement de créer une carte qui montre la position des bâtiments, des chemins, des plantes, etc., mais de les disposer de manière à ce que interagir les uns avec les autres pour rendre le système plus efficace et donc aussi plus productif.

Les plantes méditerranéennes seront placées dans les zones les plus ensoleillées ou à côté d’un mur exposé au sud, les plus gros arbres seront confinés au secteur nord pour éviter qu’ils ne jettent de l’ombre sur la maison et le jardin. Une haie peut cacher la vilaine clôture de votre voisin et une serre adossée au mur de votre maison peut profiter de la chaleur.

permaculture ainsi que cultiver en suivant les phases de la lune, sont deux approches complémentaires du jardinage qui les avantages pour notre environnement s’inscrivent dans une perspective de développement durable responsable et attentif au gaspillage.

Cultivez en suivant les phases de la lune il permet d’obtenir une récolte plus abondante avec des légumes de la bonne taille et plus gros rusticité des graines et plantes; suivez simplement le calendrier lunaire qui montre les phases de la lune et la position des constellations.

La permaculture en est une philosophie de la vie qui va bien au-delà du jardinage biologique et vise à préserver la planète aujourd’hui et pour les générations futures. Les principes sur lesquels il repose et les techniques qu’il utilise (utiliser des auxiliaires naturels, exploiter les interactions entre espèces végétales, favoriser le recyclage et le bon sens), favorisent une véritable philosophie écologique

Partager sur​
Les derniers articles
HOT

Autres articles

Recette de piments en Nogada

Parce qu’on ne pouvait pas rester en retrait en cette saison de chiles en nogada, on partage avec vous une recette façon MB. Pour qu’ils

Comment faire une ratatouille

Si vous écoutez Ratatouille La première chose à laquelle vous pensez est le film avec la petite souris chef, n’est-ce pas ? Et c’est que le